social_media (1) Catégorie Actualités

La socialTV demeure une pratique de niche

On en parle tellement qu’on a l’impression que tous les téléspectateurs sont rivés à leur smartphone pour Twitter pendant qu’ils regardent leur émission favorite.

 

Or,  une étude réalisée par le Social Media Committee of the Council for Research Excellence (CRE), comprenant une étude quantitative de Fay Group Keller, une étude ethnographique de Nielsen Life360 ainsi que des analyses des médias sociaux par Incite NM et Bluefin Labs tend à montrer que la social TV reste un mode de communication relativement minoritaire.

 

En effet selon cette nouvelle étude, seulement 12% des répondants ont affirmé utiliser les médias sociaux une ou plusieurs fis par jour pour communiquer et partager à propos des programmes TV.

Ce chiffre grimpe néanmoins à 37% pour une pratique au moins hebdomadaire, ce qui suggère un potentiel de croissance. La moitié de ces téléspectateurs disent utiliser les médias sociaux en même temps qu’ils regardent la TV.

La recherche a également identifié plusieurs groupes qui sont fortement liés aux médias sociaux et à la télévision, et qui représentent, de fait, une base intéressante pour les annonceurs. Ces « super-connecteurs », définis comme étant les personnes les plus activement impliqués dans l’utilisation des médias sociaux dans des pratiques Social TV, représentent près de 12% de la population. Il s’agit généralement de femmes jeunes. Si d’autres groupes ont pu être identifiés, il apparaît que passé 45 ans, il n’y a plus de « super-connecteurs ».

D’une manière générale, nos « super-connecteurs » sont impliqués dans d’autres formes de communication (online, marketing, bouche à oreille) liées à la TV.

Concernant l’influence de la social TV sur l’audience: seuls 1,5% des répondants à l’étude déclarent avoir été attirés par des émissions de télévision présentes sur les médias sociaux – mais ce nombre augmente de 6% lorsqu’on les interroge sur de nouvelles émissions.

En outre, les pratiques dépendent aussi du type d’émission visionnée: les talk-shows, la TV réalité ou le sport sont autrement plus générateurs d’activité que les fictions. Toutefois, les fictions font plutôt réagir à posteriori alors que la TV réalité suscite une activité concomitante au visionnage.

Enfin, une évidence: les personnes équipés de terminaux mobiles (smartphones, tablettes) sont plus actifs que ce qui ne disposent que d’un PC.

 

Source

 

 

 

Actualités 14/06/2013 par Xavier Cazard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>